autisme au féminin

« Effet protecteur féminin » contre l’Autisme : remise en cause ?

Traduction de PhanTom pour le GRAAF.

Une décennie de données remet en cause l’idée d’un « effet protecteur féminin »

Peter Hess , Juin 2020, Spectrum News

Selon une nouvelle étude 1, les frères et sœurs de personnes autistes sont tous, deux à trois fois plus susceptibles que la population générale d’avoir eux-mêmes un enfant autiste.

La découverte remet en question une théorie populaire selon laquelle les filles sont intrinsèquement plus résistantes aux facteurs qui prédisposent quelqu’un à l’autisme, explique le chercheur John Constantino, professeur de psychiatrie et de pédiatrie à l’Université de Washington à St.Louis.

La théorie, appelée l’effet protecteur féminin, explique pourquoi l’autisme survient chez environ quatre fois plus de garçons que de filles. À l’appui de cette théorie, des études ont montré que les filles doivent avoir plus de mutations génétiques liées à l’autisme que les garçons pour montrer des signes de la condition.

Sur la base de cette théorie, Constantino et ses collègues ont prédit que la sœur neurotypique d’une personne autiste porterait plus d’influences génétiques de l’autisme que son homologue masculin. En conséquence, ces sœurs seraient plus susceptibles que leurs frères d’avoir un enfant autiste.

Cependant, à la surprise des chercheurs, l’analyse de 10 ans de données sur la prévalence de l’autisme de près d’un million d’enfants et de leurs familles élargies en Suède défient cette prédiction.

Les résultats suggèrent que l’effet protecteur féminin ne peut pas entièrement expliquer le déséquilibre sexuel dans les données de prévalence de l’autisme, explique Jessica Tollkuhn, professeure adjointe au Cold Spring Harbor Laboratory de New York, qui n’était pas impliquée dans l’étude.

 « Il semble qu’il n’y ait rien chez les femmes qui soit héritable, nécessairement, qui cause ce [préjugé de genre masculin] », dit-elle.

Les effets sur la famille

Constantino et ses collègues ont analysé les données du registre national suédois des patients pour 847 732 enfants nés entre 2003 et 2012. Ils ont utilisé le registre suédois multigénérationnel pour identifier les parents, les tantes et les oncles des enfants et recueillir des informations sur les diagnostics d’autisme de ces proches 2.

Plus de 13 000 des enfants, soit 1,5%, sont autistes. Parmi les 6650 enfants qui ont une tante ou un oncle autiste, les chances qu’ils soient autistes varient de 3 à 5 pour cent, selon les chercheurs. Il n’y avait pas de différence significative dans la probabilité d’autisme entre les enfants dont la tante ou l’oncle autiste était le frère ou la sœur de leur mère et celui de leur père. Les résultats ont été publiés en avril dans Biological Psychiatry.

Les résultats ne négligent pas complètement l’effet protecteur féminin. « Cela peut jouer un rôle, bien sûr, mais peut-être avec d’autres mécanismes et dans une moindre mesure que ce qui a été proposé plus tôt », explique le chercheur principal Sven Sandin, professeur adjoint de psychiatrie à la Icahn School of Medicine du Mont Sinaï à New York Ville.

Les résultats ajoutent du poids à une explication différente du biais sexuel de l’autisme, disent Sandin et Constantino. Il se peut que les garçons soient intrinsèquement plus sensibles aux facteurs qui contribuent à l’autisme – un modèle que les chercheurs devraient prendre en compte lors de la conception des futures études.

 « Si la biologie de la différence de sexe pour l’autisme a plus à voir avec la sensibilité des hommes qu’avec l’effet protecteur des femmes, cela change complètement la façon dont vous concevez les études pour comprendre la biologie de cela », explique Constantino. Il dit qu’au lieu de se concentrer sur la façon dont la biologie des filles compense les facteurs qui contribuent à l’autisme, les chercheurs devraient essayer de comprendre ce qui rend les garçons plus vulnérables.

D’autres mettent en garde contre l’abandon total de la recherche de facteurs de protection féminins. Plusieurs sources de données soutiennent toujours leur existence, y compris une étude de 2017 sur 1,5 million de familles aux États-Unis, qui a révélé qu’un enfant dont la sœur aînée est autiste est plus susceptible d’être autiste qu’un enfant dont le frère aîné est autiste.

 « Je ne pense pas que nous en soyons encore au stade où nous pouvons aller à fond sur une explication possible », déclare Donna Werling, professeure adjointe de génétique à l’Université du Wisconsin-Madison, qui n’était pas impliquée dans l’étude. Elle dit qu’au lieu de cela, le biais de genre est probablement dû à une combinaison de nombreux facteurs, qui pourraient inclure à la fois ceux qui protègent les filles et ceux qui sensibilisent les garçons, entre autres.

L’équipe de Constantino recrute des familles avec des hommes autistes qui ont des sœurs neurotypiques. En sondant les cellules neuronales cultivées en laboratoire dérivées de ces personnes, ils ont commencé à explorer les signatures cellulaires et moléculaires qui prédisent l’hérédité de l’autisme au sein d’une famille 3.

RÉFÉRENCES :

1 Bai D. et al. Biol. Psychiatry Epub ahead of print (2020) PubMed
2 Ekbom A. Methods Mol. Biol. 675, 215-220 (2011) PubMed
3 Lewis E.M.A. et al. Mol. Autism 10, 51 (2019) PubMed
logo spectrum news

Spectrumnews publie des informations et des analyses en lien avec l’évolution de la recherche dans l’autisme. Spectrumnews est une organisation financée par la Simons Foundation Autism Research Institute (SFARI), tout en étant indépendante sur le plan éditorial.

© Simons Foudation, Spectrum and authors, tous droits réservés

© Traduction PhanTom, pour le GRoupe d’Action Autisme au Féminin (GRAAF)

Cet article ne peut être reproduit ou copié sans l’autorisation expresse de Spectrum.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *